NOUVELLES DU FRONT

19 mars 2020

M. le Président nous l’a martelé : « C’est la guerre. »

Une de plus : nous avions celle contre le terrorisme, cousine de celle contre le fanatisme musulman, celle contre le racisme et l’antisémitisme – celle contre les violences faites aux femmes – et à ma connaissance M. Macron ne nous a informés de la conclusion victorieuse d’aucune de ces guerres – ce qui laisse à supposer qu’elles sont toujours en cours. Sauf à penser que le virus a été créé par des fanatiques islamistes ouïghours en Chine, il est raisonnable de penser que le terrorisme aussi sera provisoirement  restreint par les progrès du virus.

Si c’est la guerre elle serait plutôt du style guérilla, ou guerre de Sécession, avec plusieurs batailles se déroulant parallèlement sur plusieurs fronts, le virus ayant un côté « gilet jaune » très déroutant pour nos généraux de la santé publique : pas de chef, pas d’organisation,  pas de stratégie cohérente, déplacements rapides et imprévisibles, force impossible à mesurer avant que les dégâts ne soient faits. Jusqu’ici nos généraux n’ont à publier que des communiqués de défaite, car seules des défaites – des défaites massives, où l’on dénombre des milliers de victimes – peuvent convaincre les peuples des sacrifices nécessaires pour obtenir la victoire finale.

En attendant, chacun d’entre nous prend des nouvelles des fronts dont il a connaissance, directement ou par des amis lointains.

Dans toutes les guerres il y a des rats. Le dernier pote avec qui j’ai mangé au restaurant, samedi midi, dans un très sympathique bistro corse du quartier[1] m’avait rapporté d’abominables histoires  de vols de masques de protection dans les hôpitaux. Info ou intox ? il en circule tant sur la  toile qu’on se pose forcément des questions.  Lundi soir dans un journal télévisé, un infectiologue confirmait que des cartons entiers de masques livrés à l’hôpital  Tenon  (Paris 20e) en janvier avaient disparu des locaux fermés à clé où ils étaient stockés.  D’où viennent les nombreux types de masques  présentés à des prix divers  sur différents sites  de vente en ligne ? Mystère et boule de gomme.

Sur mon petit front (la longueur du faubourg st Martin entre les rues Alexandre Parodi et Eugène Varlin), tout est assez calme : les commerces alimentaires sont ouverts et les autres fermés.  Pas de queues ou alors toutes petites – le mètre de distance est facile à respecter. Partant, mon attestation A38 en poche, pour mon petit tour d’activité physique quotidienne, je croise Frankie rue Eugène Varlin en face de la Librairie du Canal.

Frankie est un copain de bistrot[2], un des rares dont la conversation ne soit pas embrouillée par une consommation excessive d’alcool et, comme dirait Bizot, « un bon gars » presque toujours jovial ; là, non, il est tout chose. Il sort de la pharmacie Parodi [3],  où il s’était chargé d’acheter  un médicament pour un pote malade.  Il attendait  gentiment son tour dans la queue lorsqu’a déboulé un type, la quarantaine [4]athlétique et sûre d’elle-même. Le gonze se saisit   d’un shampoing et d’un tube de dentifrice  en parapharmacie  puis, sautant la queue, se présente à la caisse, son biffeton à la main. La pharmacienne : « Je suis désolée, Monsieur, mais il va falloir faire la queue comme tout le monde. » Le type agite son billet, parle fort – j’ai déjà vécu cette scène dans le même lieu, mais c’était en temps de paix – naïvement, j’aurais eu tendance à espérer qu’en temps de guerre chacun faisait un (petit) effort. Non : l’abruti persiste et Frankie intervient : « Toi tu vas sortir maintenant, ou ça va mal tourner. »  Sortie piteuse du con. C’est triste à dire mais  comme dit Louis Armstrong, « il y a des gens, s’ils ne savent pas, c’est pas la peine de leur dire. » Quand le bon sens, le respect des règles et la civilité de base n’ont pas donné de résultat tangible,  on peut toujours tenter de réveiller chez le con la peur de se faire casser la gueule (Frankie n’est pas très grand mais il est trapu et costaud, et quoique  d’un naturel débonnaire, il peut arborer un air méchant assez crédible).

Ok les filles, c’est tout pour aujourd’hui. Restez confinées, en bonne santé, et joyeuses !

 

Références

Mes deux librairies chéries du quartier (la Librairie du Canal et Litote rue Parodi) ont été mentionnées ici récemment, et elles sont fermées. Si l’on veut commander de la lecture, il reste Amazon, of course, le grand vainqueur de toutes nos épreuves, gilets jaunes, grève des transports, et maintenant connard de virus, comme l’appelle Eric, de l’excellente poissonnerie (ouverte le matin) le Homard Parisien, 209 rue du faubourg St Martin. What  else ? la FNAC, chapitre.com, et pourquoi pas librairie.com, un site créé par des librairies indépendantes : en temps normal la livraison  de votre commande se fait gratuitement chez votre libraire de quartier mais les temps ne sont pas normaux, donc la livraison, c’est chez vous pour 2 euros de plus. Ma première commande : La coalition d’ Emmanuel Bove

 



[1] Promo gratuite : Norieta, 40 rue Louis Blanc, actuellement fermé ; pour la réouverture s’attendre à un accueil chaleureux et à des produits simples et sincères.

[2] Promo gratuite : Bistrot du Canal, 224 rue du faubourg St Martin. Le café est fermé mais le tabac est ouvert et on peut attraper son café à emporter

[3] Promo gratuite : Pharmacie Parodi, Isabelle Doumerc, 222 rue  du faubourg St Martin, au coin de la rue Alexandre Parodi. Il n’y a plus de gel hydro-alcoolique mais accueil plaisant et conseils éclairés

[4] Précision  sans doute inuile : la quarantaine d’années, pas celle où on doit porter un masque