OFFICIEL 3 : JE DÉNONCE

22 mars 2021

Monsieur le Maire, monsieur le Ministre, monsieur le Commissaire de police, monsieur le Garde-chasse municipal, monsieur le Préfet, monsieur le Président,

J’ai par la présente l’honneur (oui, messieurs dames, la délation est une honorable[1] tradition française) de dénoncer M. Yvan Audouard, écrivain, polémiste, conteur provençal et je vais vous dire pourquoi, mais pas tout de suite parce qu’il me faut lever quelques obstacles préalables.

1. — Ledit Audouard a son école (école primaire publique Yvan Audouard) à Fontvieille, sa cité et sa rue à Arles ; il s’agit donc d’une personnalité plus indéboulonnable que les types statufiés ayant fait fortune dans le commerce des esclaves ou la traite des femmes aux siècles passés.

2. — Ledit Audouard est décédé depuis le 21 mars 2004 et quoiqu’il ait encore reçu il y a peu quelques rappels d’impôts (pas sa spécialité, les impôts) et des appels pour la promotion des solutions énergétiques écologiques, on ne voit pas trop pourquoi on viendrait lui chercher noise dix-sept ans après son décès.

3. — J’entends la dernière objection : « Vous êtes son fils et vous le dénoncez. Quelle ingratitude ! »

Messieurs[2], considérez plutôt le dévouement d’un homme qui fait passer le sens civique devant les liens du sang !

En effet, les faits sont graves.

Jugez-en !

Né à Saigon, ayant grandi à Marseille puis suivi sa scolarité en pension à Montélimar, Yvan Audouard avait choisi Arles comme « ville natale préférée », puis fait de Fontvieille le centre du monde chrétien, barbare et civilisé. Il n’y passait pourtant que quelques semaines par an, arrivant rituellement le 1er juillet et repartant le 31 août ; il recevait ses admirateurs et amis pour l’apéritif sous une tonnelle ou un figuier, recueillait les histoires locales qui formeraient la matière de ses contes et s’en retournait faire résonner son accent méridional et son rire de cigale dans la capitale, non sans avoir organisé au profit de la « galette des vieux » — comme on osait dire alors — un concert dans les arènes de Fontvieille, où quelques-unes des plus grandes stars de la chanson française des années 1960 et 1970 sont venues se produire, dont certains, comme Georges Brassens, qui ne faisaient jamais de tournées estivales.

Pourquoi déployait-il une telle activité ?

D’aucuns lui prêtaient des ambitions politiques municipales qui ne furent jamais les siennes, car elles ne correspondaient ni à ses goûts ni à ses aptitudes ; d’autres répandaient des rumeurs selon lesquelles il se « gavait » derrière cette œuvre humanitaire ; tout ce que j’en peux dire, c’est que dans les rares cas où toutes les places n’étaient pas vendues, il en achetait lui-même.

So why, gentlemen ? Why did he do it ?

La seule hypothèse que j’aie pu sérieusement former est que son amour de ce village allait au-delà de toute raison ; c’était l’idée fixe d’un homme dont les idées, en philosophie comme en politique, n’étaient pas très fixées.

« Qu’avez-vous à dénoncer précisément ? Jusqu’ici vous nous dressez le portrait d’un homme digne de toute admiration. »

J’y venais : en composant ses contes, Yvan Audouard formait le tableau d’un village presque idyllique, un village imaginaire qui était au vrai village ce que le cinéma est à la vie : pareil, mais en mieux. Depuis que le cabanon familial, à force de s’effriter, est tombé en morceaux et a été démoli, je suis devenu propriétaire d’un trou ; la préparation de sa reconstruction et le début du chantier me donnent l’occasion de séjourner au village en des périodes où mon père n’y était jamais, et j’y vois ce qu’il ne voyait pas ou refusait de voir.

Titulaire depuis 2013 de la carte d’invalidité no 1428013[3], j’ai été confronté des dizaines de fois à ce qu’on appelle poliment « incivilité » — places de stationnement réservées aux handicapés occupées par des non-handicapés, types odieux qui ne cèdent pas leur place (dans le métro, dans la queue à la poste) jusqu’à ce qu’on leur mette la carte sous le nez — mais j’avais sous l’influence dudit YA une tendance à considérer que tout cela n’arrivait qu’à Paris — voire à Arles, aujourd’hui modeste sous-préfecture, mais qui fut la capitale d’un empire. Or voici que cela arrive à Fontvieille aussi. Lorsque je l’ai constaté, j’ai failli avoir une réaction violente. Et me livrer à des actes de vandalisme — voire relever les plaques des véhicules pour les dénoncer à la gendarmerie municipale. Mais une réflexion rapide m’a permis de me rendre compte que c’était inutile et c’est pourquoi j’en viens à la racine du mal. Je dénonce donc, que dis-je, J’accuse[4].

J’accuse M. Yvan Audouard, pourtant spécialiste réputé de la connerie humaine, d’avoir sciemment ignoré ou systématiquement sous-estimé la connerie fontvieilloise.

J’affirme que ledit Audouard doit être tenu pour responsable du fait que, découvrant le variant fontvieillois[5] de la connerie tard en mon âge, j’en souffre plus que je ne le puis tolérer.

Alors messieurs, maintenant que vous savez, je vous en adjure, faites quelque chose !

Pour moi, je peux dormir tranquille : j’ai accompli en vous écrivant mon devoir de citoyen et de Français.

 

Références (promotion gratuite) :

Yvan Audouard, Tous les contes de ma Provence, Robert Laffont, collection « Bouquins »,2006, 992 pages, 31 euros



[1] Elle est moins célébrée que celle de l’alcoolisme — l’alcoolisme français, dois-je préciser, qui est culturellement différent des autres banals alcoolismes répertoriés

[2] Vous aussi, mesdames, mesdemoiselles et êtres fluides et transgenres.

[3] Elle a été renouvelée en 2018 et je suis officiellement en invalidité jusqu’à 2023, date à laquelle, si les pandémies le permettent, j’ai le projet ferme d’abuser de mon statut en entrant gratuitement sans faire la queue dans les musées nationaux.

[4] On peut se dispenser de voir le propret film de M. Polanski, pas seulement (ou même principalement) en raison de ses abus sexuels passés, mais pour raisons cinématographiques : au contraire de cinéastes comme Costa-Gavras ou Milos Forman qui conservent vigueur, créativité et audace en leur séniorité, M. Polanski est devenu propret, conventionnel et ennuyeux. Le J’accuse à voir n’a rien à voir avec Zola, c’est le film d’Abel Gance, déjà cité ici.

[5] Je suis familier avec le variant parisien et je l’ai été au variant corse.